SAMEDI 14 OCTOBRE à 19h // THÉÂTRE // ‘Stabat Mater Furiosa’ à l’Espace YARO

14-10-2017 19:00 - 14-10-2017 21:00

Spectacle créé le 20 mai 2017 à l’IFC de Pointe-Noire, dans le cadre de l’événement “Femmes, un (dés)accord majeur”

 

Avec

Laure Bandoki : comédienne
Éva Chauvet : comédienne
Mohamed Sylla : percussions


Dans ce long poème écrit pour la scène, la Stabat Mater Dolorosa, figure qui enferme la femme dans les pleurs et la douleur, se mue en une «Stabat Mater Furiosa», qui mène un réquisitoire sans appel contre l’homme de guerre.  Dans cette sorte d’épiphanie païenne, le verbe nous prend à témoin sans échappatoire possible. Les comédiennes Laure Bandoki et Éva Chauvet se glissent dans cette peau furieuse, qu’elles habitent avec évidence.

 

Le Stabat Mater Furiosa de Jean-Pierre Siméon fut écrit en 1997 au Liban. Son personnage, une femme, s’adresse directement à cet « homme de guerre » et l’accable de toutes les horreurs dont il est responsable; elle se fait le bourreau de sa haine comme il fut le bourreau de sa vie. Elle veut qu’enfin cesse le discours des effets et des causes.

 

D’où la radicalité du propos : « je suis celle qui ne veut plus comprendre car comprendre, c’est déjà accepter ». Mais cet homme de guerre n’est pas une confortable figure virtuelle, c’est le spectateur lui-même qui est pris à partie. Jean-Pierre Siméon est clair : « Il ne peut y avoir d’équivoque : l’adresse est clairement aux spectateurs à qui la comédienne fait face. La dureté de l’invective ne peut être une objection : il n’y a là nulle injustice, chacun étant, un jour ou l’autre, par action, par pensée ou par omission, le  Dieu de la Guerre ».

 

Stabat Mater Furiosa est donc un cri au nom de toutes les femmes qui ont connu la guerre, le viol, les tortures, les crimes, un coup de gueule, une parole de poète, que l’actualité nourrit constamment.

 

Samedi 14 octobre – Espace culturel YARO
Entrée libre

 

Related upcoming events

  • 15-12-2017 19:00 - 15-12-2017 21:00
    KA BIEN, création percussions
    Avec Sonny Troupé, le quatuor Doundouba et le groupe Ndima

     

    Sonny Troupé est français, né et grandi en Guadeloupe aux Antilles. Il est de par son père héritier de l’art du tambour de son île natale, le Ka. Il poursuit ses études supérieures dans l’hexagone, à Toulouse, où il étudie la batterie, tout en achevant une licence en psychologie. Surdoué autant à la percussion qu’à la batterie, il explore tous les territoires du rythme, sans préjugés, avec une virtuosité aussi inventive qu’élégante. Le Ka trouve des origines sur le Continent africain, et plus particulièrement au Congo et en Guinée qui furent des lieux majeurs de la déportation d’esclaves.
    Ainsi, Ka Bien célèbre les retrouvailles avec les cousins africains que sont les Doundouba, ou les artistes du groupe pygmée Ndima, et nous invite autant au souvenir qu’à la foi en un monde plus fraternel et heureux, à travers le langage sans frontières du rythme.

    Entrée 3000 FCFA / Gratuit adhérents