SAMEDI 29/04 à 19h // DANSE CONTEMPORAINE // On ne brûle pas l’enfer, DeLaVallet Bidiefono et Aïpeur Foundou

29-04-2017 19:00 - 29-04-2017 21:00
On ne brûle pas l’enfer
Chorégraphie de DeLaVallet Bidiefono et Aïpeur Foundou

Dans le cadre du Festival RUE DANCE

 

Interprètes : Aïpeur Foundou (danseur), Mayindou Tanguy Peper (danseur-comédien)
Mayindou Press Rosandre (musicien), Mohamed Sylla (musicien)
Lumière, son, régie : Francky ‘Peutch’ Milandou
Spectacle créé aux Francophonies en Limousin en 2016

 

Voyage poétique à travers la mémoire des corps, On ne brûle pas l’enfer entrelace réalités et imaginaires, désespoirs et espoirs. Ces corps, qui ont traversé les temps de guerre comme les temps de paix, débordent et se dispersent en d’autres corps, subis ou choisis, comme les témoins de la construction en mouvement de la jeunesse congolaise contemporaine.
Les images et le texte (extrait de La vie et demie de Sony Labou Tansi) s’ajoutent à cette danse de vie et de mort comme des réminiscences, des instants du passé qui reprennent corps et chair, dans une poétique du désordre, nous plongeant dans le monde imaginaire si réel de Katalamanasie. Des paroles, trop longtemps tues, laissent jaillir des vérités indicibles, des témoignages tragiques ou imaginaires.

 

IFC de Pointe-Noire – Salle de spectacle
Entrée 3000 FCFA / Gratuit pour les adhérents IFC

Related upcoming events

  • 28-04-2017 16:30 - 28-04-2017 18:00
    Labo de création de Florent Mahoukou LA NAISSANCE DE MON 'SAC AU DOS'
    Dans le cadre du Festival RUE DANCE

     

    Venez découvrir le travail du chorégraphe Florent Mahoukou mené avec les lycéens de Mpaka pendant son labo de création du 22 au 28 avril. Représentation gratuite et ouverte à tous !

    Avec son spectacle «Sac au Dos», Florent Mahoukou évoquait cette valise de passé, de souvenirs, parfois douloureux, que l’on a tous avec soi. Lui porte le très lourd sac de l’année 1998 au Congo Brazzaville. Sans entrer dans le détail de cet événement, il a souhaité travailler avec les lycéens sur cet «état d’urgence», état de panique, et sur la façon dont on peut être capable de transformer cet état en l’expression d’une forme esthétique.

     

    >> En savoir plus

     

    Vendredi 28 avril à 16h30 - Lycée de Mpaka
    Entrée libre