JEUDI 23 NOVEMBRE à 18H // Semaine du Documentaire // À la Recherche du Vinyle d’Ébène, Les Aventuriers du cinéma perdu & Table-ronde

23-11-2017 18:00 - 21:00

> À la recherche du Vinyle d’Ebène, Rufin Mbou
52’– 2017 – France / République du Congo
Premières projections au Congo (IFC de Brazzaville et Pointe-Noire)
Dans ce « road-movie » sur les pas d’Aidan, disquaire français qui part dénicher de vieux disques vinyles au pays de la Rumba, entre Congo-Brazzaville et RDC, le réalisateur Rufin Mbou Mikima se lance à la quête des voix populaires qui ont bercé son enfance. Sur fond de musique rumba et au gré des rencontres, il nous fait découvrir l’histoire contemporaine mouvementée du Congo Brazzaville et de sa musique.

[Autres projections
JEU 23/11 – 15h – Centre JB Tati Loutard en présence du réalisateur
SAM 25/11 – 15h – IFC de Pointe-Noire]

 

> Les Aventuriers du cinéma perdu, Massein Pethas
52’ – 2017 – République du Congo
En août 2017, le réalisateur lance la première édition de la Caravane du Cinéma Congolais, projet de projections itinérantes en République du Congo, en réponse à la disparition du réseau de salles et dans l’objectif de réactiver le goût du public congolais pour le 7ème art.

[Autre projection : SAM 25/11 – 14h – IFC de Pointe-Noire]

 

> TABLE-RONDE : Quelle visibilité pour le cinéma documentaire congolais ?
État des lieux des initiatives de promotion du cinéma congolais et des productions nationales, perspectives, projets. Avec Rufin Mbou, Massein Pethas, Pascale Touloulou

Related upcoming events

  • 20-10-2020 16:25 - 20-10-2020 16:25
    TABLE RONDE : Le roman policier, un mauvais genre ?

     

    Le roman noir inspire les plus grands succès du cinéma, il fut précurseur dans l'intérêt porté par la littérature aux questions sociales, véritable miroir des âmes humaines souvent à la dérive et livrées aux difficultés de leur environnement social. Mais son style intimement lié à l'art du récit, du suspense, moins préoccupé de recherche formelle, le marginalise du côté d'une "littérature de gare", dont les succès populaires devraient être le signe d'un "mauvais genre". Est-ce rendre justice à une littérature qui a déjà bâti son panthéon de grands auteurs ?

    Avec : Janis Otsiemi (Gabon) et Francis Mizio (France)

     

    Janis Otsiemi est né en 1976 à Franceville, à cinq cents kilomètres de Libreville, la capitale du Gabon. Ancien élève du Collège Public d'Akébé (Collège Georges Mabignat aujourd'hui), il intègre en 1998 la Fondation Raponda Raponda Walker comme Membre permanent. Romancier, poète et essayiste, Janis Otsiemi a publié un roman Tous les chemins mènent à l'Autre (Prix du jeune écrivain gabonais) aux Éditions Raponda Walker (Libreville 2002) et aux Éditions Ndzé (Paris, 2002). Il a été lauréat du Prix du centenaire de la naissance du président Léon Mba pour son recueil de poèmes Chants d'exil. Il se fait connaître en France en 2009 avec son premier texte, La vie est un sale boulot (éditions Jigal), couronné par le Prix du Roman gabonais en 2010. Depuis, il n’a de cesse d’écrire des polars, pour montrer et d